Barry : une exposition pour une icône suisse

Datum: 
11. Juin 2014
Barry : une exposition pour une icône suisse
Il y a 200 ans mourait le plus célèbre chien de sauvetage du monde : Barry, qui est demeuré une légende jusqu’à au-jourd’hui. Le Musée d’histoire naturelle de Berne lui con-sacre une nouvelle exposition. «Barry, chien de légende» présente les actes héroïques du chien du Grand Saint-Bernard. Mais quelles histoires sont vraies et lesquelles relèvent du mythe ? La nouvelle exposition permanente ouvrira ses portes le vendredi 13 juin 2014. www.barry.museum
 
Pourquoi un chien est-il célèbre dans le monde entier 200 ans après sa mort ? Probablement parce qu’il s’agissait d’un chien très particulier.
 
Barry est le chien de sauvetage le plus célèbre du monde. Il est considéré comme le chien na-tional suisse et, bien au-delà des frontières suisses, comme l’incarnation du compagnon fidèle de l’homme. Depuis ses débuts, le Musée d’histoire naturelle de Berne possède la prépara-tion naturalisée de cet exceptionnel saint-bernard. A l’occasion du 200ème anniversaire de sa mort, il consacre à son hôte illustre une exposition permanente qui rend justice au rôle im-portant joué par Barry.
 
L’exposition s’intéresse aux légendes qui gravitent autour du chien de sauvetage du Grand Saint-Bernard. Elle présente un ensemble de réalité et de fiction, de passé et de présent inti-mement liés. Le mythe de Barry contient tout ce qui rend les histoires fascinantes et intempo-relles : danger et secours, héroïsme et tragédie, surnaturel et réel. L’exposition met en évi-dence les aspects réalistes et fictifs de ces histoires mystérieuses tout en laissant libre cours aux spéculations et à l’imagination. Elle ne tente ni de minimiser ni d’enjoliver les mérites du chien national suisse. Même si Barry n’a sans doute pas accompli toutes les incroyables prouesses qui lui sont attribuées, il a quand même contribué au sauvetage de 40 personnes. Il était déjà célèbre de son vivant, car il était probablement un chien exceptionnel.
 
Comme un livre illustré
L’exposition se conçoit comme un livre illustré, dans lequel se promène le visiteur. De vastes mises en scène reconstituent les événements dramatiques vécus par Barry dans cet univers montagneux à la fois fabuleux et menaçant. Et les visiteurs auront la possibilité de jeter un regard en coulisse, pour découvrir par exemple la vie difficile menée à l’époque de Barry sur le Grand Saint-Bernard, lorsque les chanoines et les marronniers (assistants des chanoines, sans doute descendants de maures convertis) se souciaient des voyageurs égarés et ensevelis à quelque 2500 mètres d’altitude. Ils découvriront également, en parcourant un livre d’hôtes vieux de 200 ans, à quel point le franchissement du col devait être difficile.  
 
Une histoire toujours d’actualité
Le mythe de Barry présente une multitude étonnante de facettes qui n’ont rien perdu de leur actualité. Même si le monde a changé, l’univers de la montagne est toujours aussi fascinant et dangereux. L’exposition emmène le visiteur sur la crête des sommets où il côtoiera les montagnards. Il éprouvera, d’un côté, la magie de la montagne, à l’instar du skieur qui trace ses virages sur une paroi de neige profonde encore vierge. De l’autre, il constatera les risques auxquels expose la montagne. Dans un document sonore angoissant, une victime d’avalanche raconte ce qui se passe quand on est confronté à la mort blanche. Des clips vidéo présentent des images captivantes de secours en montagne et du travail accompli aujourd’hui par les chiens de sauvetage.
 
La plus grande collection de crânes de chien au monde
L’histoire de Barry est aussi l’histoire de l’élevage canin. Le Barry d’origine ne correspondait pas à l’image que nous avons aujourd’hui du saint-bernard. Les chiens de sauvetage du Grand Saint-Bernard étaient des « bâtards », à l’apparence desquels les chanoines n’accordaient pas la moindre importance. La race des saint-bernards ne se développa qu’après la mort de Barry. Le Barry naturalisé du musée a aussi été modifié il y a une centaine d’années parce qu’il ne correspondait plus à l’image que le public s’en faisait. Avec Marc Nussbaumer, spécialiste en élevage canin, le Musée d’histoire naturelle dispose d’un expert confirmé et d’un parfait con-naisseur de Barry. Dans son livre sur Barry, il relate avec minutie l’histoire du chien de sauve-tage ; et il gère au musée la plus grande collection de crânes de chien au monde. 
 
Un saint-bernard d’aujourd’hui ne conviendrait plus au sauvetage en montagne en raison de sa masse corporelle. A l’occasion de la conférence de presse sur l’exposition, Rudolf Tho-mann, directeur de la Fondation Barry, a relaté l’histoire de cette race. La Fondation Barry poursuit à Martigny l’élevage commencé au Grand Saint-Bernard. « Vers la fin du XIXe siècle, lorsque l’élevage débuta véritablement, plus rien n’avait d’importance en dehors de l’apparence. Les Anglais en particulier voulaient un très grand chien et payaient le prix fort pour l’avoir. » La Fondation s’efforce d’inverser la tendance et d’améliorer la santé et l’utilité des chiens.  
 
Grande importance touristique
Lors de la conférence de presse, le directeur du tourisme bernois n’a pas dissimulé son plai-sir : « Barry appartient à Berne », a déclaré Markus Lergier. « Je suis ravi qu’un des fleurons touristiques de Berne ait enfin son exposition. La capitale fédérale reconnaît les mérites de ce chien exceptionnel ! » Depuis des décennies, les étrangers visitent le musée pour voir Barry. Pour cette raison, le Musée d’histoire naturelle de Berne proposera notamment aux touristes un guide électronique en cinq langues. 
 
Informations et photos complémentaires : www.barry.museum